prenez rendez-vous

(514) 990 9299

prenez rendez-vous

(514) 990 9299

Santé du bébé : le torticolis musculaire congénital et la plagiocéphalie

Le torticolis musculaire congénital (TMC) chez bébé est une tension qui s’accompagne fréquemment d’une déformation de la tête, appelée plagiocéphalie. On retrouve un torticolis congénital chez 0,3 à 2 % des nourrissons et la plagiocéphalie chez environ 20 % des bébés. Le point sur ces deux pathologies.

 

Lien entre torticolis musculaire congénital et plagiocéphalie

Le torticolis musculaire congénital (TMC) provient d’un rétrécissement du muscle sterno-cléido-mastöidien. Situé au niveau du cou, ce muscle permet de pencher la tête du même côté et de tourner la tête du côté opposé du muscle.

La plupart du temps, cette pathologie est causée par un mauvais positionnement In Utero : le bébé est placé dans une position de compression prolongée d’un seul côté du crâne.

Dans 80 à 90 % des cas, le torticolis est donc accompagné d’une plagiocéphalie, qui est une déformation asymétrique de la tête observée au niveau de l’occiput, du front, des yeux et des oreilles.

 

Augmentation de cas de plagiocéphalie ces dernières années

Le nombre de cas de plagiocéphalie est en forte augmentation depuis plusieurs années et les chercheurs semblent attribuer ce phénomène à la campagne de sensibilisation débutée en 1992 par Santé Canada : « Dodo sur le dos ». Cette campagne incite les parents à faire dormir les bébés sur le dos pour diminuer le risque de mort subite du nourrisson. Suite à cette mise en garde, de nombreux parents ont préféré éliminer complètement le temps passé sur le ventre.

Cependant, la position sur le ventre est nécessaire pour le développement moteur d’un bébé et doit être effectuée au moins pendant 10 minutes, trois fois par jour. Cette position permet une progression du développement moteur plus rapide et d’éviter une pression au niveau de l’occiput et donc de développer une plagiocéphalie.

 

Évaluation et traitement en physiothérapie

Lors de l’évaluation en physiothérapie, plusieurs aspects du bébé sont observés pour dépister la présence de pathologies plus sérieuses et ajuster le traitement en conséquence. Cette évaluation est également importante pour dépister les retards de développement qui peuvent apparaître. Plus spécifique au torticolis, l’évaluation de la mobilité cervicale et la palpation musculaire permettent de noter l’intensité du torticolis et de mesurer les progrès à travers le temps.

Pour le traitement du TMC, les étirements et les techniques de relâchement musculaire effectués par un physiothérapeute favorisent la création de nouvelles fibres musculaires et assouplissent le tissu cicatriciel dans le muscle. Un programme d’exercices est également remis aux parents pour accélérer et augmenter l’efficacité du traitement.

Pour le traitement de la plagiocéphalie, des conseils sont donnés aux parents pour éviter la progression de la plagiocéphalie et permettre au crâne du bébé d’être plus symétrique.

L’âge du patient détermine fortement le taux de succès du traitement conservateur du torticolis musculaire congénital. Selon l’étude de Demirbilek en 1999, les enfants de moins de 3 mois traités en physiothérapie ou traités de façon conservatrice n’ont pas eu besoin de chirurgie. Chez les enfants de 3-6 mois, 25 % ont eu besoin de chirurgie. 70 % des enfants âgés de 6-18 mois et 100 % des enfants de plus de 2 ans ont nécessité une chirurgie. La rapidité de prise en charge devient donc cruciale.

 

La plagiocéphalie : uniquement un problème esthétique?

La plagiocéphalie n’est pas qu’un problème esthétique puisqu’elle peut entraîner des compressions au niveau du système nerveux central si elle n’est pas traitée. Dans des cas plus avancés, il est possible que des complications surviennent telles que des asymétries posturales, des problèmes de vision, d’équilibre, de coordination, d’humeur et de croissance.

Le TMC, s’il n’est pas traité, peut occasionner une hémi-négligence semblable à celle retrouvée chez les enfants ayant subi un Accident vasculaire cérébral (AVC).

 

Autres traitements à prendre en considération

Dans les rares cas où les traitements de physiothérapie n’arrivent pas à bout du torticolis, d’autres possibilités existent telles le port d’un « collier TOT » ou des injections de botox.

La chirurgie est habituellement considérée comme la dernière option, puisqu’elle peut engendrer des complications telles qu’un dommage du nerf facial (ainsi que le nerf accessoire et le nerf grand auriculaire), une cicatrice visible, la récurrence d’une contracture musculaire ou la perte de contour du cou.

Dans les cas où la plagiocéphalie persiste après le sixième mois, des options plus radicales doivent être considérées. En effet, la malléabilité du crâne n’est plus suffisante pour que la plagiocéphalie soit traitée seulement avec une modification de l’environnement. L’orthèse crânienne devient alors la meilleure option : ce casque est modelé à la forme du crâne, laissant de l’espace pour grandir uniquement à l’endroit qui est aplati. L’efficacité maximale de ce casque est entre le sixième et neuvième mois de vie, mais peut être utile jusqu’au douzième mois. Il est donc important d’intervenir tôt dans la vie du bébé pour obtenir l’efficacité maximale.

 

Pour toute question, vous pouvez contacter nos physiothérapeutes.

 

Par Philippe Morency, physiothérapeute à la clinique Physiothérapie Universelle de Curé-Labelle

 


Références :
  • Cheng, J. C., Wong, M. W., Tang, S.P., Chen, T. M., Shum, S. L., Wong, E.M. (2001) Clinical determinants of the outcome of manual stretching in the treatment of congenital muscular torticollis in infants. A prospective study of eight hundred and twenty-one cases
  • Hutchison, B. L., Hutchison L. A., Thompson, J. M., Mitchell, E. A. (2004) Plagiocephaly and brachycephaly in the first two years of life: a prospective cohort study
  • Golden, K. A., Beals, S. P., Littlefield, T. R., Pomatto, J. K. (1999), Sternocleidomastoid Imbalance versus Congenital Muscular Torticollis: Their Relationship to Positional Plagiocephaly, The Cleft Palate-Craniofacial
  • Zachry A.H., Kitzmann, K.M. (2011) Caregiver awareness of prone play recommendations
  • Kaplan, S. L., Coulter, C., Fetters, L. (2013) Physical Therapy Management of Congenital Muscular Torticollis: An Evidence-Based Clinical Practice Guideline Pediatric Physical Therapy
  • Campbell, S. K., Palisano, R. J., Orlin, M. N. (2012) Physical therapy for children
  • Demirbilek S., Atayurt, H. F. (1999) Congenital muscular torticollis and sternomastoid tumor: Results of nonoperative treatment
  • Kelly, K. M., Littlefield, T. R., Pomatto, J. K., Ripley, C. E., Beals, S. P., Joganic, E. F. (1999), Importance of Early Recognition and Treatment of Deformational Plagiocephaly with Orthotic Cranioplasty, The Cleft Palate-Craniofacial Journal

Partager

Services liés