prenez rendez-vous

(514) 990 9299

prenez rendez-vous

(514) 990 9299

La capsulite rétractile ou épaule gelée

La capsulite rétractile se manifeste lorsque la capsule articulaire de l’épaule (la membrane qui entoure l’articulation de l’épaule), se « rétracte » et s’épaissit, entraînant l’apparition graduelle d’une douleur et une perte de mouvement progressive de l’épaule dans toutes les directions. Cette condition se manifeste surtout chez les individus âgés entre 40 et 60 ans et elle est plus fréquente chez les femmes.

Les causes

On ne connaît pas la cause exacte de la capsulite rétractile : elle a donc tendance à se manifester sans raison apparente. Cependant, certaines conditions médicales, qui ont en commun de provoquer une perte de mouvement de l’épaule, précèdent parfois son apparition :

  • Une immobilisation de l’épaule (à la suite d’une fracture, d’une mastectomie, etc.) ou une immobilisation générale prolongée (à la suite d’une chirurgie thoracique par exemple)
  • Une atteinte neurologique (une attaque cérébrale par exemple)
  • L’existence d’une autre affection de l’épaule, comme une tendinite, une bursite ou une rupture de la coiffe des rotateurs.

Notons également que la capsulite rétractile est souvent associée à certaines conditions médicales préexistantes, dont le diabète, les maladies cardiaques, les désordres thyroïdiens et les pathologies cervicales.

Les symptômes et l’évolution de la capsulite rétractile

La capsulite rétractile évolue selon trois phases principales et les symptômes varient selon l’étape atteinte :

  • Phase 1 : d’une durée de 1 à 4 mois, cette phase est caractérisée par une douleur importante, soit une douleur diffuse au niveau de la région de l’épaule, qui peut irradier jusqu’au coude; elle est présente au repos et lors des mouvements, particulièrement le soir et la nuit. Durant cette phase, le sommeil est perturbé, car il est impossible de se coucher sur le côté de l’épaule affectée.
  • Phase 2 : d’une durée de 3 à 12 mois, elle se caractérise par un enraidissement de l’épaule atteinte (d’où le surnom « épaule gelée ») et par une diminution de l’amplitude des mouvements. La douleur devient intermittente et est moins intense que durant la phase 1. Notons que l’amplitude articulaire est très limitée dans toutes les directions.
  • Phase 3 : la troisième phase de l’affection constitue l’amorce de la récupération et elle peut durer de six mois à deux ans. Elle est caractérisée par une diminution de la douleur et une augmentation graduelle des mouvements.

Traitement

Volet médical (selon les cas) :

  • Prise d’anti-inflammatoires oraux
  • Injection de corticostéroïdes
  • Arthrographie distensive, qui est l’injection dans l’épaule d’une solution saline ou d’air (sous analgésie locale) afin de favoriser le retour de la capsule à son état normal (ce traitement est surtout appliqué en phase 2).

Volet de physiothérapie
Au niveau de l’épaule, les traitements de physiothérapie ont pour but de diminuer la douleur, d’améliorer la mobilité et de restaurer la fonction :

  • Modalités analgésiques : glace, chaleur humide, ultra-sons, TENS et iontophorèse
  • Massage des tissus mous
  • Étirement passif
  • Thérapie manuelle (glissement, traction, contraction et relâchement)
  • Correction posturale
  • Programme d’exercices à faire à la maison.

Compte tenu de l’évolution plutôt longue de cette affection, il est important de consulter rapidement un physiothérapeute si vous ressentez une douleur inexpliquée à l’épaule, qu’elle soit accompagnée ou non d’une perte de mouvement. Vous pourriez ainsi diminuer la gravité des symptômes et favoriser une récupération plus rapide.

Pronostic

Bien que le pronostic soit favorable pour la majorité des personnes atteintes, la récupération complète peut être longue, le temps de récupération pouvant aller d’une à deux années. De plus, certaines restrictions de mobilité peuvent persister, particulièrement au regard de l’amplitude des mouvements.

Communiquez avec nous sans tarder afin d’obtenir le bon diagnostic, de favoriser une récupération optimale et d’éviter les complications à long terme.


Références
  • Éric Noël, Thierry Thomas, Thierry Schaeverbeke, Philippe Thomas, Monique Bonjean, Michel Revel, La capsulite rétractile de l’épaule, Revue du Rhumatisme, Volume 67, Issue 8, October 2000, Pages 604-612
  • Bergeron , Fortin , Leclaire, Capsulite rétractile, Pathologie médicale de l’appareil locomoteur, 2eme Edition , page 590-597
Mots clés :   capsulite, epaule, traitement

Partager

Services liés